• Chronique d'une gamine comme les autres (2)

    Dans la catégorie : "tout n'est que fiction"

    edvard_munch_04

    Papa est pas content des vacances. Il s'ennuie. Je sens bien qu'il en a marre de passer des vacances avec nous, on lui pèse. Il voudrait les passer avec ses « copains » , ses copines, oui. Il en a plein. Je les aimes pas. Je sais pas comment fait maman pour être aussi copine avec elles. J'leur foutrais des baffes, moi! Un coup de pied au cul, et hop dehors! Toujours à la maison, toujours à se faire peloter par papa, et c'est pas nous qui les gênons.

    Un jour y avait une fête à la maison et a un moment je vais dans ma chambre. J'ouvre la porte et là je vois papa avec une « copine » en train de faire des trucs dans mon lit. Ça m'a steacké! Je suis retournée au salon, maman était dans les vapes. C'est ce jour là que j'ai compris pourquoi elle picolait. En plus papa, il leur file du fric en douce. Une fois, pendant que mon père et une de ses poules fricotaient dans sa chambre j'ai fouillé dans le sac de la nana. Je savais qu'ils étaient passés à la banque. Il lui avait filé 1500 €. Quand je pense qu'il faut piquer des crises pour avoir des jeans ou une paire de godasse, et bien merde! J'l'ai dit à maman, elle a rien dit. Ça me fou la honte. En plus, je suis sûre qu'elles le prennent pour un con. Je trouve ça pitoyable et dégueulasse. Mon père il s'exhibe et ma mère elle fait rien. Elle plonge dans la picole. Ça me fou mal au coeur de la voir se noyer comme ça, les yeux en roulement à billes. Et puis quand elle s'essuie les moustaches de vin , même quand elle en a pas, ça me donne envie de la secouer. Je peux le dire, j'ai honte de ma mère. C'est triste d'avoir honte de sa mère. Je voudrais que papa il envoie balader toutes ces nanas, toutes ces fêtes et qu'il s'occupe de moi, de nous.

    Bon, tout le monde le sait, l'aînée c'est la chouchoute à son papa. La deuxième c'est sa bête noire, elle lui répond tout le temps. La troisième c'est la chouchoute à sa maman, pas le droit d'approcher sinon ça mord. Et la dernière, c'est la dernière quoi. C'est la préférée de tout le monde. Même de moi! Elle vit sa vie, elle plane, elle est dans sa bulle. Ça fait magie un peu et papa l'approche pas trop. Comme si elle était trop fragile ou qu'elle allait lui péter au nez. J'sais pas. Maman, elle lui fait des tonnes de câlins, c'est son bébé, quoi. Y a que moi qui sait comment elle est vraiment « la ptite dernière ». Ben elle est comme tout le monde. Elle dit des super gros mots. La grosse différence d'avec moi, c'est qu'elle en dit jamais devant les adultes et elle fait plein de manière alors ils la prennent pour un ange. Un ange , tu parles! Faux cul, oui! Puis y a moi. Et là,  bof! Maman elle me trouve trop brusque. Quand je lui fais un câlin, elle dit que je lui fais mal et elle m'envoie promener. Et puis papa, il est pas là. Pas pour moi en tout  cas! J'aimerais bien qu'il me parle de lui, qu'il me raconte quand il était petit et aussi avec maman quand ils étaient jeunes. Maman elle dit tout ça, pas lui.

    Bordel, cette année, j'ai des seins. A l'école, les garçons, je les entends parler des mes seins. J'aime bien qu'on me remarque, mais quand même pas pour mes seins. Ça m'énerve.  Les seins ça veut pas dire que je suis plus intelligente ou que je sais faire plus de trucs. Il est pas là, le cerveau! Remarques, des fois y a des garçons, on se demande où il est leur cerveau. Plus bas que nature en tout cas.

    Pour le sport, par exemple, les seins c'est pas pratique. Ca fait mal. Je peux plus courir comme avant. Et puis mes copains, je le vois bien, ils sont plus pareil avec moi. Je fais plus vraiment partie de la bande. Et la bande de filles, n'en parlons pas! « Et t'as vu ma robe, et machin il m'a regardé à la cantine, oh lala, et t'as vu ça! Et nanani, et nanana, » Moi je préfère faire du vélo et aller m'éclater dans les bois.

    Je me rappelle quand l'aînée a eu ses seins, à chaque fois que y avait avait une fête ou un anniversaire elle les montrait. Papa et maman étaient contents. Et papa disait : «-Allez, enlèves ton pull. Quand on a d'aussi beaux nichons, on les montre! » et il prenait des photos.

    Cet après midi on est allés se baigner, l'eau était gelée. Je me suis bien éclatée. J'ai pas arrêté de faire la con. Papa à pris plein de photos, alors je lui ai montré mes seins. Maman faisait la gueule, elle disait rien. C'était peut être pas a cause de ça, remarques. Papa lui, avait l'air de vachement s'amuser.

    Ou là! Maman est remontée contre papa. Elle m'a dit : «- Vivement qu'il retounre bosser, qu'on soit tranquille!» Il doit rentrer une semaine avant nous à cause du boulot.  Papa, lui il est de plus en plus de mauvaise humeur. Il a dit qu'il allait inviter des copains. Et maman lui a rappelé qu'ils étaient tous en vacances et que nous aussi. Sur un ton qui voulait bien dire ce qu'il voulait dire. Genre «-Tu peux pas les lâcher tes copains ? On les voit tout l'année alors en vacances, merde! » Ca lui a pas plu a papa. Il a parlé d'autre chose.

    Et merde! Ce matin quand je me suis réveillée, j'ai été  faire pipi, comme tout le monde. Mais là, j'ai fais pipi tout rouge. J'ai vite compris ce que c'était. On a pas une tripotée de frangine pour ne pas savoir ce que c'est que les ranianias. J'en ai trois plus grande que moi, je sais tout sur les tampons, les serviettes, tout. J'ai même lu les modes d'emplois, c'est dire! Mais là zéro, panique à bord. J'ai pas voulu appeler maman j'étais trop gênée. J'ai appelé ma grande soeur. Elle est venue m'aider et je lui ai fait promettre de ne rien dire. Tu parles! A peine sortie des toilettes qu'elle l'a dit à maman qui s'est empressée de le répéter à papa. Quand je suis arrivée dans la cuisine, j'ai été accueillie par des vannes. Ça m'a foutu en pétard pour toute la journée. Déjà que j'avais vachement mal, alors les regards en coin et compagnie, merci. Et puis voilà! Je me retrouve du jour au lendemain avec des seins et des ranianias, et ça y est, j'suis une femme. J'suis plus pareil. Moi, je veux bien, mais je préfère continuer à faire du vélo et m'éclater dans les bois.


    Ceci est un petit essai de fiction. Toute ressemblance avec des faits  ou des personnes existant ou ayant existé serait  purement fortuite. ; )

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Mars 2006 à 21:38
    Erin
    Je viens... je lis... Je repars doucement, sans faire de bruit... Je reviens et relis... puis après plusieurs passage, je dépose enfin quelques petite mots...

    C'est peut être une gamine comme les autres, mais son entourage n'est pas des plus banal quand même.

    Je ne peux m'empêcher d'avoir une tendresse émue pour elle, elle a comme un écho en moi.

    Bientôt un 3e épisode ? sourire
    2
    Vendredi 17 Mars 2006 à 21:38
    Onze
    Erin : je pense à un troisième, un quatrième, un cinquième... Ca risque d'être assez long même... Carrément long et même si on me supplie d'arrêter je continuerai... rien ne m'arrêtera plus jamais et le mot fin s'écrira sur mon dernier souffle . 8P lol
    3
    Samedi 18 Mars 2006 à 21:38
    Erin
    Tu as entièrement raison. Ne t'arrête surtout pas c'est trop bien
    4
    Samedi 18 Mars 2006 à 21:38
    lolo
    derrière
    Après plusieurs relectures, plusieurs passages, j'ai vu des choses que je n'avais pas encore vu et je n'ai pas tout vu encore dans ton histoire. Ce qu'il se passait derrière mon dos pendant que je regardait devant... Je me retournerai la prochaine fois mais je ne verrai pas ce qu'il y a devant. Tant pis l'essentiel est qu'elle grandisse, qu'elle s'élève la petite fille ...
    5
    Samedi 18 Mars 2006 à 21:38
    Onze
    lolo : Elle grandira, elle s'élèvera, mais vers où ?...
    6
    Dimanche 19 Mars 2006 à 21:38
    Vroumette
    Diffile de ne pas être sensible à tes textes, d'autant qu'à les lire je me demande quelle part il y a de vécu dans ces bouts de textes. Sans parler de l'histoire, je fais davantage référence aux émotions qe l'on peut ressentir, et ici plus spécialement lorsque l'on devient une "femme".
    7
    Dimanche 19 Mars 2006 à 21:38
    Onze
    Vroumette : Merci. Ah ah! Bien sur qu'il y a une part de moi, de ma sensibilité, de mes souvenirs. Mais il y a aussi une part d'elle, de lui, d'eux. De ce que je lis, de ce que je vois, j'écoute. Et tout cela est une part de moi puisque j'écris.
    8
    Lundi 20 Mars 2006 à 21:38
    tina lambda
    ben oui.. Onze tu es une petite tête chercheuse qui retranscrit ce qu'elle perçoit et ce qu'elle ressent... un petit délice...
    9
    Lundi 20 Mars 2006 à 21:38
    Onze
    Tina : merci.
    10
    Vendredi 24 Mars 2006 à 21:38
    Rose
    Pfouuuu
    Pfouyouyouille! Je continue...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :