• Entre toi et moi,

    solitudeEntre chien et loup, entre deux saisons, tu me reverra. Je viendrai sans  prévenir, j'adore les surprise. Je l'ai souvent imaginé, j'en ai rêvé, puis réfléchi et enfin calculé. Maintenant je suis prête, l'es tu aussi ? Peut importe de toute façon, puisque c'est une surprise.

    Je viendrai à toi, je pousserai ta porte, tu ne la fermes jamais. Je monterai tes escaliers, sur chaque marche, je le sais,  quelque chose oublié. Un panier de légumes, un autre de bois, des bottes en caoutchouc, les tiennes, les siennes. Je préférerai qu'elle ne soit pas là. Il faudra que je fasse attention. Tu comprends, c'est préférable. Elle ne fait pas partie de notre histoire autant pas l'y faire sombrer. Je sais que tu es d'accord avec moi. Elle, tu veux la protéger, n'est ce pas ?

    Je serai là, dans tes escaliers, une surprise dans le dos. J'entendrai le son de la télé, évidemment. Un rai de lumière sous la porte entre baillée. Est ce que tes portes grincent ? Je ne m'en souviens plus, cela fait si longtemps! Il y a dix ans la porte était neuve, je crois, couine-t-elle aujourd'hui ? C'est un risque à prendre. Je n'ai pas la possibilité de rentrer chez toi pour le vérifier, alors il faudra faire avec. Cependant dans mon rêve je préfère qu'elle ne fasse aucun bruit. C'est mieux pour la surprise.
    La lumière du couloir est éteinte. Quand j'ouvre la porte du salon, tu ne l'entend pas. Tu ne le vois pas non plus. Elle est dans ton dos. Je m'avance en silence, doucement, comme un chat, je me glisse derrière toi. Lentement je lève une main. Et tout d'un coup, très vite, dans un seul mouvement, de la main gauche j'attrape tes cheveux , je tire vers moi, ta tête bascule en arrière. De la main droite j'ouvre ta gorge! voilà ma ma surprise.  Un couteau de cuisine,  tu les aimes tant. La lame est épaisse, parfaitement affûté, c'est important. Le manche est court, c'est mieux pour une bonne prise en main. Je ne me suis pas moquée de toi. C'est un beau couteau, il a bien coupé. Je l'ai essuyé sur ton ventre énorme.
    Bien sur ton sang à taché le mur, le tapis, le canapé. Je ne sais pas si cela partira, j'en suis désolée, c'est elle qui lavera. Ce sera une bien petite punition pour t'avoir choisi.

    Je repartirai comme je suis venue. En silence, douce et furtive.  Je sortirai de chez toi, comme je suis venue, entre chien et loup, entre deux saisons, entre deux temps, entre deux mondes, entre deux cris, deux souffrances.
    .


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 15 Février 2006 à 21:39
    tina lambda
    un mot... splendide...
    bravo et merci :
    va court, ecrit et me venge...
    2
    Jeudi 16 Février 2006 à 21:39
    Onze
    Tina : c'est moi qui te remercie pour tant de compliment
    3
    Jeudi 16 Février 2006 à 21:39
    luciole
    Je l'ai reconnu dès les premiers mots ce "rêve"... j'aime beaucoup ce que dis Tina : " va, courre, écrit et me venge". très juste. Bises.
    4
    Dimanche 26 Février 2006 à 21:39
    Christian
    Très beau texte !

    je découvre grâce au blog de l'amie Tina... (dis ! tu m'en caches des choses, tu aurai mu me dire... )

    je le relis en écoutant "Entre chien et loup" de mon amie Nelly Mella... hmm ça le fait bien.

    très belle plume ! Merci pour ce mots intenses et forts...
    5
    Lundi 27 Février 2006 à 21:39
    Onze
    Christian : Merci, et merci aussi a tina
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :