• Le monstre vie

     

    big_bang

    Qu'est ce qui m'a pris d'être

    Qu'est ce qui m'a pris de vouloir

    Qu'est ce qui m'a pris de rêver

    Sur les franges d'un bonheur limite

    Je m'échine à me disloquer

    J'étripe mes sourires

    Je bats ma légèreté

    Et si la vie n'était qu'un rêve

    Illusion absurde d'un inconscient muet

    Rêve pourtant auquel on s'accroche plus fort que tout

    Je veux et ne veux pas

    Je lutte et me repose

    Je rie, mais je pleure pour me rassurer

    La vie est bien celle que je crois

    Divine et terrorisante

    Trompeuse et

    Cruelle toujours.

    Comme c'est apaisant de penser que je ne me trompe pas quand il s'agit de l'implacable cruauté de ce monstre absurde et absolue, la vie.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Février 2006 à 21:39
    luciole
    Nos paradoxes... j'aime beaucoup "j'étripe mes sourires, je bats ma légèreté"... encore un texte qui frappe en douceur qui caresse dure... sourire...
    2
    Jeudi 9 Février 2006 à 21:39
    Alainx
    Que voilà un blog prometteur...
    Une perle dans un océan trop pollué...
    3
    Jeudi 9 Février 2006 à 21:39
    Onze
    Alainx : Merci beaucoup.
    4
    Jeudi 9 Février 2006 à 21:39
    modimo
    Le coeur terrorisé s'enflamme pourtant, et c'est tant mieux, mots electrochocs, je vibre, merci...
    5
    Vendredi 10 Février 2006 à 21:39
    tina lambda
    Je lutte et me repose...
    merci pour vos mots...
    6
    Vendredi 10 Février 2006 à 21:39
    Onze
    modimo : oui, heureusement.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :