• Mad Max Fury road etc

    Mad Max Fury road etc

     

    Ok, j'ai deux cents ans de retard, mais quand même. Que tous ceux qui n'ont pas vu le film, lisent cet article et que les autres aussi.

    Bon, j'avais vachement envie de voir ce film et ce n'est pas la polémique autour du féminisme qui aurait pu y changer quoi que ce soit. Les Mad Max originaux, et ce cher Mel Gibson, restent chers à mes émois de jeune fille. Comme je ne suis pas du genre nostalgique, ni puriste casse ovaire, j'étais curieuse de voir ce que ça pouvait donner tant d'années après. Et bien j'ai vu. J'aurais pu ne pas voir, au moins j'aurais gardé l'excitation du désir et ce brin de regret qui rend tout meilleur. Là j'ai vu et pendant deux heures, je n'ai presque pas cessé de soupirer, de lever les yeux au ciel et de râler, tellement que non, vraiment, à ce point là, c'est grave.

    Pour en finir tout de suite avec cette histoire de féminisme, je ne sais même pas quel.le con.ne a eu cette idée, je ne sais pas ce qu'il.elle avait fumé ou bu ce jour là, mais à mon avis c'était du costaud. Car de féminisme, pas une trace, même infime.

    En gros leur monde est une tyrannie patriarcale (c'est comme à la maison, c'est les couilles qui commandent, mais là en mode très très méchant). Tout le monde il est esclave. Une femme a décidé de se tirer, elle emporte avec elle un groupe de femmes (les reproductrices) qu'en ont leur claque de se faire violer et de pondre des rejetons à la chaine. Du coup, Papa grognon le super méchant, leur court après. Mad Max, est emporté dans ce truc malgré lui. La femme qui s'enfuie retourne dans sa famille, mais quand le groupe arrive à destination. Il ne reste de son bled natal et super beau l'oasis de leurs rêves, qu'une bande de très vieilles femmes très décaties. Y a plus de prairie, c'est foutu. Furioza, puisque c'est son nom, est très triste, du coup, elle se met a genoux en regardant le ciel et crie très fort en ouvrant les bras. (il est peut être là le féminisme, parce que d'habitude c'est un mec qui fait ça, mais j'ai un doute) Ensuite, elles décident de continuer leur route et Mad Max de rester the poor lonesome cowboy et de go away from il sait plus trop où puisqu'il a perdu la boule. Mais Mad Max (comme d'hab, c'est au chapitre 8 du scénario parfait) le héro donc, se dit que en fait non il ne peut pas les laisser tomber et rejoint les gonzesses. Mais comme il est plus fort plus intelligent etc, puisque c'est un homme, il leur dit ce qu'elles doivent faire, leur idée c'est de la merde, c'est lui qui a la plus grosse quequette, pardon meilleure idée et tout le monde dit ah ouais trop bien. Ils font donc demi tour, pour revenir sur leurs pas et retourner au point de départ. Là, course poursuite pendant l'autre moitié du film. ça tombe bien, parce que la première moitié, c'était déjà une course poursuite. C'est pas redondant, pas du tout. Donc 5 vieilles, 5 mannequins, un guerrier en pleine crise d'ado, une manchotte super balaise, et un malade mental, dans un camion, vont faire face à 3 armées de guerriers, une centaine de véhicules lourdement armés, et  vont réussir à retourner à la citadelle et faire renaitre un monde futur, ils auront beaucoup d'enfant etc.

    En dehors de ce pitch complètement débile, où est le féminisme ? Dans le fait qu'il y ait une héroïne ? malgré le fait que sans les 2 testostéronés décérébrés, et c'est dit dans les dialogues, elles n'y seraient jamais arrivées ? Ce film est au moins aussi féministe que Mort ou vif, avec Sharon Stone en espèce de Calamity Jane intrépide et anecdotique ou que Mr et Mrs Jones, avec Angelina trop belle et Brad à tomber. C'était vraiment pour faire du buzz, faire parler du film, et pousser les gens à le consommer.

    En dehors de ça, pff, grosse fatigue : En vrac, tout ce qui m'a lourdement gavé. La liste de clichés est longue :

    Le vilain méchant est le fils de Dark Vador, et de Bane de The dark knight rises. Toutenplastique.

    Les "reproductrices" qui sont censées avoir mis des enfants au monde, sont filiformes, celles qui sont enceintes n'ont pas de seins et semblent tout droit sorties de la pub de "Pulco citronade". Ridicule.

    Furioza avec sont faux bras est la fille de Luc skywalker. Elle se maquille trop bien avec du camboui et se démaquille par enchantement plusieurs fois dans le film.

    Le baltringue avec sa guitare heavy métal qui crache le feu est tout juste ridicule.

    Les effets spéciaux sont en cartons on voit trop la 3d. C'est grave avec les moyens qu'ils avaient.

    Les courses des motos dans le désert c'est un mix entre le Paris Dakar et n'importe quelle exhib' de motocross. Trop cheap.

    A un moment on se serait cru  sur tatooine dans star wars, au moment où ils croisent un humain sur perches. N'importe quoi, qu'est ce que c'est que cette idée à la con !

    Quand Mad Max fuit dans la citadelle, on se croirait dans Indiana Jones et le temple maudit.

    Les batailles pendant la loonnnnnnnnnnnnnnngue course poursuite, se ressemblent toutes. Ils passent leur temps à envoyer des lances explosives. Ouais, rien de ça de la sagaie de compet, tu lances et puis ça pète. Encore mieux que des lances roquettes ou des bazookas. C'est d'une part pas crédible deux seconde, et au bout de 264, t'en as un peu ras le cul.

    Dans les souvenirs fantômes de Mad Max, tu as le bushman de service qui lui gueule dessus, tu ne sais pas pourquoi il est là.

    Il n'y a rien de neuf, rien de moderne ni de surprenant.  Ce n'est pas haletant, c'est long. Et cette fin qui n'en est pas une, dans le genre on se laisse une porte de sortie pour faire le Mad Max le retour, Furioza fait des bébés.

    Et le coup du regard au loin, du signe de tête viril pour se dire au revoir entre Mad Max et Furioza, ça aussi, en mode cliché en béton armé, c'est du lourd.

    Ce film est un pot tout pourri de tout ce qui s'est déjà fait et ne réussi pas une seconde à inventer quoi que ce soit. Qu'on ne me dise pas que c'est un hommage rendu aux classiques du genre, si c'est ça c'est mal fait, ça ressemble plutôt à un plagiat maladroit, voire même négligeant.

    Bref, si vous ne l'avez pas vu, gardez vos illusions, n'y allez pas. Et puis maintenant c'est trop tard je vous ai spoilé grave.

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Août 2015 à 17:07

    Yô !

    Bin tu sais quoi ? En fait tu m'as trop super donné envie d'aller le voir. En te lisant, au début, je pensais que tu parlais d'un vieux truc des années 80 et je trouvais ça kitch à mort. Comme je suis en mode légume-in-ze-neurone en ce moment, j'ai d'abord pensé : voilà ce qu'il me faut !

    Puis au fil de la lecture, tu as fini (t'es vache ! ) par installer le doute et c'est tout à la fin que j'ai bien senti qu'un truc clochait ... du coup ... bin merci gougle ... 

    J'en avait pas entendu parler. A ma décharge je suis assez has been dans mon genre. Bin non, je connaissais pas.

    Masi t'as bien spoilé, là : j'irai pas ! et hop ! 9 € en plus in ze pocket.

    2
    Samedi 22 Août 2015 à 19:27

    Bibi Boz, Je suis contente,j'ai fait une bonne action. happy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :