• Partagée

    PartagéeEntre solitude et solitude, besoin et inquiétude.

    Elle est allée s’assoir derrière le petit monticule, un peu plus loin. Là bas, elle ne voit personne, personne ne peut la voir non plus. Les bruits son étouffés. Si elle prête attention, elle peut encore distinguer les voix, reconnaître à peu près les timbres. Mais elle ne le veut pas. Elle se contente bien du murmure lointain. Elle regarde droit devant elle, ligne douce et plane de l’horizon, vue dégagée. Elle s’allonge dans la neige, regarde le ciel. Elle n’a pas froid. Elle est isolée. Elle écoute son cœur qui bat fort et lentement. Chaque pulsation résonne dans sa gorge, dans sa tête. Ce gong menace de sortir de sa cage. Elle a beau croiser ses bras sur sa poitrine pour le calmer, son cœur machine infernale, n’a pas l’intention de se laisser faire. Il veut battre, battre à tout rompre. Des larmes d’impuissance coulent sur ses joues. Rien ne saurait canaliser cette énergie. Elle doit la contraindre, l’étouffer. Si elle la laissait sortir, c’est la folie qui l’emporterait. Personne ne veut la croire quand elle en parle, mais ils ne savent pas le dragon qu’elle a en elle. Cette puissance face a son impuissance. Elle ne peut pas le lâcher comme ça ! Il l’emporterait emporterait tout sur son passage. Alors elle le garde dans sa cage et le contraint au silence. Et, quand il s’agite trop, quand elle sent qu’elle faiblit, elle s’éloigne, s’isole du monde, des tentations, du bruit et des passions, le temps qu’il s’apaise. Dans ses moments là, elle ne peut que souffrir de la solitude qu’elle recherche. Elle aimerait tant le laisser aller ! Pouvoir rire de ses facéties, le regarder voler au dessus d’elle ! Mais elle n’est pas assez forte pour le retenir si elle lui donne du lest, s’il prend de l’élan, elle ne pourra pas l’arrêter, il ne s’arrêtera que blessé ou mort.

     

    Elle ferme les yeux, s’oblige a quelques respirations lentes et profondes. Elle se bat contre elle même. Une ombre sur son visage vient troubler sa concentration. Une fois, deux fois, trois fois, mais qu’est ce donc qui s’agite devant le soleil ? Elle ouvre les yeux et aperçoit, virevoltant majestueusement au dessus d’elle, un énorme dragon bleu. Immédiatement elle sourit, immédiatement, plus rien n’a d’importance. Une douce plénitude l’envahie. Sa poitrine se soulève, son cœur bat plus fort encore. Il tape contre sa poitrine qui menace de s’ouvrir. Elle se cambre, bascule sa tête en arrière ; Son corps entier s’agite, comme pris de consultions. Elle lutte de toute son énergie, contre elle même, résister au sourire, résister à la tentation de le laisser sortir.

    Au début, c’est toujours formidable, et puis ensuite, elle le sait, c’est le chaos. Non, encore une fois elle doit lutter, encore une fois elle doit le maitriser. Fermer les yeux, se boucher les oreilles, ni entendre ni voir l’appel. Se refermer sur soi, respirer lentement, écouter les battements de son cœur et le forcer à ralentir, à se calmer. Ne penser qu’a ca, ne penser plus qu’a ça. Mais le dragon là haut pousse maintenant des cris stridents qui percent et mettent à bas toutes ses défenses. Il appelle. Alors, lasse de luter toujours et encore, lasse de se contraindre infiniment, elle lâche. Elle respire profondément, rempli ses poumons de tout l’air qu’elle peut. Elle ouvre grand la bouche et souffle tout ce qu’elle a en elle. Une grande gerbe de feu monte et réchauffe l’air. Le dragon, là haut, répond par une autre gerbe qui vient lui réchauffer le corps. Elle se redresse. Sans même s’en rendre compte, elle est debout. Elle lève les bras au ciel et s’envole. Le dragon l’a vu, plonge en piqué sur elle. Elle le regarde, venir a elle, les bras ouverts. Avant même qu’elle réalise ce qui lui arrive, ils se percutent en plein ciel. Ils explosent en mille gerbes de feu. S’éparpillent en cendre plus léger que l’air.

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :