• Résilience

    Dans l’univers du bien être et du développement personnel, on entend beaucoup parler de résilience. C’est un concept très séduisant qui permet à tout un chacun de s’extasier sur une poignée de héros et d’envoyer chier tous ceux qui n’ont pas résilié (leur contrat avec la galère).

    Mais qu’est ce que c’est, la résilience ? La première fois que j’ai lu ce mot, c’était dans un bouquin de Cyrulnik, aussi limpide à l’oral qu’imbitable à l’écrit. J’en ai bien saisi la définition mais j’ai eu envie, aujourd’hui, de la vérifier dans le dictionnaire, histoire d’être sûre. J’aime bien savoir de quoi je parle, même si les ¾ du temps je n’arrive pas a exprimer ma pensée avec exactitude. Ceci dit, j’adore les mots « couteau suisse ». C’est très pratique. Tu sais pas quoi dire, ni comment le dire, tu sors le mot et le tour est joué. Même pas besoin de faire une phrase, c’est le tout-en-un de la communication. « Walla », « Wesh » « Yo ! »  « tout à fait » « énorme » « grave » etc. Mais je m’égare.

     

    Résilience, donc : Selon le wikitionnaire, c’est :

    • (Mécanique) Propriété physique d’un matériau de retrouver sa forme après avoir été comprimé ou déformé, élasticité. La mousse à mémoire de forme possède une bonne résilience.

    C’est donc au domaine de la physique qu’a été emprunté le mot et ce n’est pas neutre. Ce mot transporte avec lui le fantasme du bricoleur, celui qui peut réparer les gens comme on répare des bidules.

    • (Psychologie) Résistance psychique face aux aléas de la vie.

    Résistance ? Tien…il me semble qu’il y ait une sorte de glissement, là. Résister, n’est pas retrouver sa forme. Résister c’est faire obstacle à une action ou à une force, ne pas céder sous l'effet d'une force. Matière qui résiste à la compression, à l'écrasement, à la pression. Quand on résiste, on ne se déforme pas, on n’a donc pas besoin de « résilier » (puisqu’on a pas pris d’abonnement). Le chêne résiste, le roseau plie et le lézard fait repousser sa queue. Tu vois l’idée ? Ce point de vue n’est pas sans impact. Si on dit résilience alors qu’on pense résistance, comment se sent la personne déformée par un choc ?

    • (Système) Capacité à absorber une perturbation, à se réorganiser, et à continuer de fonctionner de la même manière qu’avant.

    De la même manière qu’avant ? Vraiment ? Si je comprends bien, on se prend « un bus » dans la gueule, on entre en résilience par la force de sa volonté et puis, pfuit ! Le trauma disparaît, on fait comme si de rien n’était. MRD !

     

    Dans le CNRTL c’est : Force morale; qualité de quelqu'un qui ne se décourage pas, ne se laisse pas abattre.

    Bien tien ! Si t’arrives pas à résilier, tu n’as pas de force morale, tu te décourages, tu te laisses abattre, t’es faible, aller hop circulez, il n’y a rien à voir.

    Je propose une variante à la définition de ce mot que j’ai fini par détester tellement il est connoté (vous les félés du bocal, résiliez-vous et cessez de nous faire chier).

    Résilience : Capacité à absorber un choc, à se réorganiser, et à continuer de fonctionner du mieux qu’on peut.

     

    "- Excusez moi de vous interrompre! Tout ça s’est bien joli, mais ça marche comment ? C’est facile ? Ca s’achète ? Y a une appli ?

    - Mais non, ma p'tit dame ! Beaucoup plus simple, vous avez ça en vous. C’est un peu magique et ça marche très bien. Pour preuve, tous les enfants de salauds sont devenus des Abbé Pierre ou des Madeleine Brès. C'est bien connu !

    - ha bon..."

     

    Et sinon, pour les autres, tous ceux qui ne sont pas devenus des héros, c’est pas gagné, il paraitrait même que ça demande du travail, mais personne ne sait vraiment lequel.

    Des scientifiques et des vendeurs de tapis se sont concertés et après une étude faite dans un grand laboratoire en Californie auprès de trois personnes, ont conclu qu’il fallait de la gratitude. Quand on remercie les gens pour ce qu’ils nous ont fait, on se sent heureux. Du coup, logique :  Les adeptes du petit vieux sur son nuage l'ont toujours dit, faut pardonner, la joue droite, la joue gauche, etc. Grâce à eux, les scientifiques ont réinventé le concept du « dit merci au monsieur ».

     

    "- Tu vois là, le gars qui a prit sa voiture  bourré et qui t’a flingué les deux jambes ? Vas lui dire merci, ca va te faire du bien. Et toi qui a un cancer à cause d’une poignée de salopards ne pensant qu’à se faire du fric a répandu du poison dans ta bouffe à longueur de caddie. Tu peux leur écrire une lettre de remerciement. Non, ils sont pas là. Ils finalisent leur projet de délocalisation de l’esclavage. Nan, c’est super bien ! Les gens sont maltraités dans leur pays, c’est moins cher et c’est moins salissant."

    Ensuite, de nouveaux promoteurs de bien-être ont affiné le truc. Il n’est plus vraiment question de remercier l’auteur du trauma que le principe lui même. Ouais, ça passait moyen.

    "- Tu vois, Gaston, si le monsieur ne t'avait pas renversé, tu n’aurais jamais su, qu’en fait, la vie est précieuse et que deux jambes, c’est super pratique pour marcher. Et toi, Marie-Agnès, si ton Papa ne t'avait pas violé, à l'insu du plein gré de ta mère, tu n'aurais jamais su a quel point un papa et une maman c'est important. Tu n'aurais jamais pu savoir que tu avais une telle énergie pour survivre ! C'est beau ! Allez les enfants, dites merci à la vie."

    On glisse encore un peu sur les évidences, on dérape sur la logique et on arrive tout bonnement à se remercier soi-même de ne pas être mort, d'avoir survécu au pire, de ne pas s’appeler « Christiane F. droguée, prostituée » (quoiqu’elle a résilié puisqu’elle a écrit un super livre qui a fait culpabilisé des millions d’ados mal dans leur peau qui n’en étaient jamais arrivé là).

    "- Hey ! Tu peux te dire merci ! T’as développé des super anti-corps, consécutivement à d’acqua-toffana dans l’eau potable. Bravo ! C’est génial de se remercier d’avoir survécu ! Ouais ! super !

    Euh, excusez moi de vous interrompre..

    - Encore ? C’est pour quoi ?

    - Je voudrais juste dire un truc...

    - Ok mais fait vite, c’est mon texte, c’est moi qui parle.

    - J’ai envie de dire que si ces connards ne m’avaient pas mis des pesticides dans ma bouffe, je serais encore en train de gambader dans les blés, plutôt que de les manger par la racine. Voilà... Je dis ça…

    - Faut toujours qu’il y en ait pour ergoter sur des détails. Pardon, mais Ta Gueule !"

     

    Quelque part, je veux bien admettre que l’idée n'est pas totalement, absolument stupide. Juste, faut pas se gourer dans le positionnement, faut la jouer fine : Étant donné que les enfoirés existent, que ta blessure aussi, et que ton objectif est de te sentir mieux au lieu de te sentir comme une merde avec ton handicap, tu vas essayer de prendre conscience de ce que les événements négatifs ont suscité de positif chez toi. Ainsi, malgré le fait que tu ressembles à rien et que personne ne veut de toi, tu peux te dire oui, mais je suis en vie ! Je suis une personne forte, j'ai résisté, j'ai prouvé que j'existais... 

    Et ma foi, c’est pas si simple. Parce que quand les événements négatifs sont des gens, t’as pas bien envie de les entendre te susurrer à l’oreille (ni eux ni personne du reste, et les conneries sont si vite dites) à quel point tu leur est redevable de ce que tu es devenu.

    "- Dis merci à papa, c’était pour ton bien ma chérie. Et essuie la goutte au coin de ta bouche."

    Mais grâce à la résilience, si tu ne le tues pas après ça, tu pourras te remercier d'être un maitre zen, et si tu le tues, tu te remercieras d'être une guerrière. Tu vois, à tous les coups tu gagnes.

    Résiliez vous, résiliez vous qu’ils disaient !

    Ca sent le Yakafocon à plein nez. C’est un peu le problème avec les livres et magasines de bien-être, les démarches thérapeutiques deviennent des injonctions au bonheur. C'est pratique pour se dédouaner. Avec tous ces conseils à portée de main, si vous n’allez pas mieux, c’est que vous le voulez bien. Nous, on aura fait tout ce qu'on pouvait.

    Alors quoi ? me demanderez vous. Alors rien du tout ! je vous répondrai. On fou la paix au gens, on ne les juge pas, on ne leur demande rien, on les prend et on les aime comme ils sont. S'ils arrivent à résilier leur abonnement à la dépression c'est génial. S'il n'y arrivent pas, on les aime quand même. Parce qu'une personne malheureuse, c'est d'abord une personne, et son malheur n'est qu'une partie d'elle même. Mais j'y reviendrai. Ou pas.

    Des bisous, et on peut causer en dessous si vous voulez.

    Enregistrer

    Enregistrer


  • Commentaires

    1
    L'autre Huche Sylvie
    Dimanche 19 Février à 20:20
    Merci pour ce texte qui répond parfaitement à ce que j'ai toujours pensé Avant je n'étais qu'une pauvre fille depuis Cyrulnic je sais que je n'ai même pas été foutue de résilier Merci Boris
      • Dimanche 19 Février à 23:54

        C'est pas de bol, quand même ! Y en a qui cumulent aussi. tongue

    2
    Hélène
    Dimanche 19 Février à 22:01

    Je pensais que la résilience, c'était plus la capacité à aller bien en dépit d'évènements traumatisants plutôt que le fait d'en tirer des éléments positifs. Je vois pas bien ce qu'il y a de positifs à tirer de la violence qu'elle quel soit.Je croyais que ça consistait à s'appuyer sur des éléments positifs (une passion, l'amour de proches...) ou même simplement ses habitudes quotidiennes pour continuer à vivre malgré tout. En quel que sorte, enfouir le mal aussi bien que possible pour que la douleur soit moins forte. Peut-être me trompais-je ?

    3
    Dimanche 19 Février à 23:55

    Je te renvoie aux définitions des dictionnaires. Le reste n'est que mon point de vue.

    4
    Hélène
    Mardi 21 Février à 11:01

    Oui, effectivement, je suis d'accord avec toi. Pour moi, la résilience, c'est plutôt les habitants de Sarajevo qui continuaient à vivre malgré le siège par exemple. La vie plus forte que la mort. Mais pas pour le dico.

    5
    luce
    Vendredi 24 Février à 17:23
    luce

    Il me semble me souvenir que dans un bouquin de Cyrulnik que j'ai lu il y a longtemps, la résilience était un processus qui impliquait un tiers. Exemple, des parents maltraitants, mais la rencontre d'un autre adulte, qui permet à l'enfant de se construire malgré tout avec une référence positive. Il faudrait que je retrouve la référence exacte et que je la relise pour être certaine, que mon souvenir n'est pas trop déformé. Quoi qu'il en soit les définitions que tu as cités sont une vaste connerie, d'autant plus nuisible qu'elles deviennent LA définition. Il me semble que le concept s'en trouve dénaturé. C'est dommage.

    6
    Jeudi 13 Avril à 16:32
    angelilie

    beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog en lien ici : http://mondefantasia.over-blog.com/

    au plaisir

     

    7
    Vendredi 14 Avril à 16:19

    Merci, Angelilie !

    8
    Betty....Harmony
    Dimanche 7 Mai à 15:13

    Coup de cœur pour ce blog ...Au plaisir de se lire...Betty Harmony

    9
    Lundi 8 Mai à 12:38

    Merci Betty Harmony

    10
    Jeudi 3 Août à 12:04
    Madame Michu

    Bin alors ? Que deviens tu ? Tombée amoureuse ou quoi ? C'était un tel plaisir de te lire ...

      • Mardi 22 Août à 13:56

        Si seulement !

        Je subis juste une grosse crise existentielle, ça va aller... wink2

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :