• Surprise !

    022-rue-montmartreNous sommes au restaurant, on nous a placé à une table à l’écart, contre le mur. La salle s’étale à ma droite. Derrière lui, il y a un muret de séparation avec des plantes vertes dessus. On est presque cachés. Ça fait rendez-vous clandestin et ça donne un goût délicieux d’interdit. Je suis toute excitée de le revoir et encore plus anxieuse. C’est notre troisième rendez-vous. Je ne sais pas comment ça va tourner et je ne sais pas ce que je veux. Flirter avec l’idée me donne des frissons mais je ne sais pas si j’ai envie de passer à l’acte. Je ne sais même pas s’il me plaît, ni même si je lui plaît. Ça fait la troisième fois que l’on déjeune ensemble. Que l’on déjeune, pas que l’on dîne. Si ça se trouve, je me pends la tête pour rien. Je suis juste une fille marrante.

    Je le regarde. Habillé tout en noir. Ça lui va bien. Sur lui, ça ne fait pas « intello, ténébreux » Il me sourit. Le serveur nous apporte les cartes. Nous les parcourons. Je lève la tête à la recherche de l’ardoise du menu du jour. Elle est au dessus d’un couple. Elle, sur la banquette, face à la salle. Petite, un corps d’enfant dans une robe printanière. Charmante. Lui, un grand mec balaise tout vouté… Oh putain ! Merde ! J’y crois pas ! C’est mon mari ! Qu’est ce qu'il fout là ? Où est ce qu'il bosse aujourd’hui ? Merde, j’aurais du lui demandé ! Putain, faut pas qu'il nous voit ! 

    « Qu’est ce qu'il se passe ? Ça va ? »

    Je le regarde, je dois vraiment faire une drôle de tête, il a l’air inquiet.

    «  Non, c’est rien. Enfin, rien de grave. Embêtant, juste. Tu vois le couple là bas, sous l’ardoise ?

    - Oui ?

    - C’est mon mari. 

    - Ah ! Et elle ?

    - Je ne sais pas, une collègue de travaille je suppose. Jamais vu. Je suis gênée. Je ne voulais pas que tu le rencontres. C’est idiot, je voulais garder ça pour nous. "petit jardin secret". Tant pis ! Je te le présente ?

    - Euh, je ne sais pas si c’est le moment là. »

     

    Oh putain ! Il l’embrasse ! Il est penché au dessus de la table, il tient son visage entre ses mains. Ses grandes mains à lui, sur son tout petit visage à elle ! Oh putain ! Je ne voit pas leur bouche, mais oui, ça ne fait pas de doute, il est en train de lui bouffer le visage ! Ah ben mon salaud ! Ça fait longtemps que ça dure, ça ? Lui qui me disait qu'il ne me tromperai jamais ! Qu’il me quitterait avant… merde ! Je dois m’inquiéter ? Oh merde, oh merde. Je veux pas le savoir. Pas maintenant. Pas là, maintenant, avec quelqu'un d’autre avec moi ! Oh putain, putain, putain !

     

    «  Ça va ?

    - Je ne sais pas.

    - Tu veux lui en coller une ? Tu veux qu'on parte ?

    - Tu crois qu'on peut le faire sans être vus ?

    - On est bien arrivé sans qu'ils nous voient.

    - Ils étaient déjà là avant ?

    - Oui, je les ai aperçu en arrivant.

    - Ils s’embrassaient ?

    - Je ne sais pas.

    - Comment… Non, rien. Oui, je crois que c’est mieux. On fait comment ?

    - On se lève, et on part.

    - Et le serveur ?

    - Quoi le serveur ?

    - Non, rien. Ok, a trois on y va. Doucement, pour pas attirer l’attention.

    - Ok, à trois.

    - Un, deux, trois. »

     

    Nous nous levons, et nous sortons. Personne ne nous demande rien.

    Il ne nous a pas vus. Enfin, je crois, je ne me suis pas retourné pour vérifier. On est dans la rue et je marche vite. Tourner au premier carrefour, disparaître ! Je tourne à l’angle, je m’arrête d’un coup et je me colle le dos au mur. Je ne sais pas trop ce que je ressens. J’ai envie de rire comme si j’avais réussi in extremis à voler un pot de confiture. Je crois aussi que j’ai envie de pleurer. Je me sens en colère et vaguement coupable aussi. Ho là ! Ça fait trop en même temps, je ne peux pas. Pas tout ça à la fois. Je ne ressens plus rien, je fais le vide. Il s’approche de moi, tout prêt. Il me regarde en souriant. Il a l’air vraiment amusé, c’est dingue ! Il s’approche encore un peu plus. Il va m’embrasser ? Il me prend la tête entre ses mains. Il va m’embrasser ! Pourquoi ce geste ! Pourquoi ce même geste !

     

    « Respire ! Respire, c’est fini. On est vraiment loin maintenant. »

     

    Et se met à rire! Je me rends compte que je suis essoufflée. Je regarde autour de moi. 

     

    « Oh merde ! On est vachement loin du resto ! »

    - Oui, t’as couru comme une folle !

    - Ah bon ?

    - Oui.

    - J’m’en suis pas rendu compte. »

     

    Je me mets à rire comme une gamine. Un de ces bons fou rire qui vous prend et ne vous lâche pas. Je ne sais pas si je vais pouvoir m’arrêter, ou si je ne vais pas pleurer. Mais non. Le rire s’éteint. Je me sens sereine. Libérée. Tout ça est ridicule. 

     

    Nous sommes face à face, nous nous dévisageons. J’ai une folle envie de l’embrasser. Je le fais, je le fais pas ?

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :