• Va savoir !

    Va savoir !- Alors comme ça, c’en est fait, tu es amoureuse ?

    - Tu crois ?

    - Ce n’est pas ce que tu as écris ?

    - J’ai écris une histoire.

    - Donc ce n’est pas vrai.

    - Qu’en penses tu ?

    - Je ne sais pas.

    - Moi non plus.

    - Pourquoi as tu écris ça ?

    - C’est mon truc, raconter des histoires.

    - Ca nous ressemble, quand même !

    - Oui, évidemment ! Je me sers de ce que je vis. Quelle est la part de réel, la part de fantasme, d’imagination, je ne sais pas. C’est important ? Tu as besoin de savoir ?

    - Comment te croire ?

    - En me faisant confiance.

    - Comment te faire confiance ?

    - C’est à toi de voir. Fais comme tu as envie, comme c’est bien pour toi. …

    - …

    - Tu sauras si je suis amoureuse de toi, quand je te le dirai de vive voix.

    - Donc, tout ça, ce sont des histoires. Ca n’a rien à voir avec toi et moi.

    - J’ai écris une histoire. Et ça a tout à voir avec nous. Je ne sais pas si c’est de toi dont je suis amoureuse, ou même si c’est moi qui suis amoureuse. Laisses moi ce rêve. Laisses moi être amoureuse de cette relation, de ce personnage que j’ai créé. Je ne te demande pas d’être lui. Continues d’être toi, continues de me surprendre, je ne demande que ça. Seulement ça.

    - Alors, tu es amoureuse d’un fantasme. Tu m’as habillé du costume tiré d’un rêve.

    - Peut être, peut être pas. Vas savoir. Après tout, n’est ce pas ce que nous faisons tous ? Aimer l’idée que l’on se fait de l’autre ? … Mais tu sais, c’est quand même toi qui as suscité ces émotions. C’est de toi qu’est né le rêve. Si tu pars, tout s’effondre.

    - Alors tu es amoureuse de moi.

    - Peut être, je n’en sais rien.

    - Mais comment tu n’en sais rien ? Tu sais ce que tu ressens quand même !

    - Oui, je sais ce que je ressens, au moment ou je le ressens. Et c’est chaque fois différent. Oui, par moments, je me sens amoureuse. Par moments, je me sens guerrière, à d’autres esclave … Et puis tu m’excites ! Tu fais monter en moi une telle chaleur, un tel feu ! Je ne serais pas la première à confondre amour et reconnaissance, sentiment amoureux et désir charnel. Mais ça ne t’engage à rien. Je ne l’ai pas dit, je ne l’ai pas chuchoté à ton oreille, je ne t’ai pas regardé droit dans les yeux, j’ai raconté une histoire. Tu es libre d’y croire, ou pas.

    - Tu es un peu étrange, tu sais.

    - Je sais. 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :